•  

    Alcool

       

    Alcool est le nom employé dans le langage courant pour désigner l'éthanol.

     En chimie, c'est le nom d'une fonction (groupement chimique hydroxyle formé d'un

    atome d'oxygène lié à un atome d'hydrogène, - OH) que l'on trouve dans de multiples

    molécules organiques.

     De ce fait, on appelle alcools les molécules organiques dont le squelette carboné porte

     un ou plusieurs groupes fonctionnels -OH comme le méthanol , l'éthanol ou le

    glycérol .

     La concentration en éthanol dans une boisson est indiquée en pourcentage volumique.

     Ainsi, dans un litre de whisky à 40 % d'alcool, par exemple, il y a 0,4 litre d'alcool

     pur.


    L'alcool est disponible légalement dans la plupart des pays du monde à quelques

    exceptions près.

    On distingue les boissons alcooliques dans lesquelles l'alcool est généré naturellement et

     les boissons alcoolisées où l'alcool est additionné.


    La consommation d'alcool a décru en Europe ces 20 dernières années mais ne cesse

    d'augmenter dans les pays en voie de développement.

    Les pays à plus fort taux de consommation sont encore majoritairement européens, la

     France restant dans le peloton de tête avec environ 13 L d'alcool pur par an, par

     habitant âgé de plus de 15 ans.

     

    Les dangers

     

      

    Contrairement à ce que beaucoup de Français croient, il n'est pas nécessaire d'être

    physiquement dépendant de l'alcool ni de se « saouler » pour décéder d'un cancer ou

    d'une autre maladie causée par l'alcool.

     En effet, les seuils de dangerosité pour la santé de la consommation d'alcool

    déterminés par l'OMS sont de :

    deux verres par jour pour les femmes

    trois verres par jour pour les hommes

    quatre verres en cas de consommation occasionnelle

    Au-delà de ses seuils, la consommation d'alcool devient rapidement dangereuse pour la

     santé, causant entre autres de nombreux cancers, maladies digestives et problèmes

    cardiaques. D'autre part, dans les cas suivants, toute boisson alcoolisée représente un

     risque :

    pendant la grossesse et l'allaitement (en France, environ 1 000 cas de

    syndrome

     

    d'alcoolisme foetal par an, qui se traduit par de nombreuses malformations pour

    l'enfant)

     

    • pour les enfants

    • quand on conduit un véhicule

    • pour les opérateurs de machines dans l'industrie

    • quand on exerce un travail qui nécessite de la vigilance

    • quand on prend certains médicaments

    • pour certaines maladies chroniques ou aiguës

    • (hépatite virale, pancréatite, épilepsie...)

     

    Cancers des lèvres, bouche, pharynx, œsophage, larynx

    Maladies digestives dont cirrhoses du foie

     Accidents de la route, du travail, domestiques, suicides


    Les risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la

    majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers

     et de maladies cardio-vasculaires.

    L'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue

    la résistance aux maladies.

     

    Des conséquences sociales graves

    La consommation trop importante d'alcool a également un effet

    destructeur pour la société, pour la minorité de buveurs excessifs qui

    deviennent dépendants et ne contrôlent plus leur consommation.

    L'alcool est en effet responsable de nombreuses violences contre soi-même

     (suicides ou tentatives de suicides)

    et contre les autres

    (conjoints et enfants battus).



     

     

     Usage

     



    L'alcool est consommé sous forme de boissons qui diffèrent par l'origine de la matière

    première des fermentations (raisin, grain, etc.) et par leur degré alcoolique.

    Le degré alcoolique est le pourcentage en volume de l'alcool pur contenu dans un

    liquide.

    Ainsi, 100 millilitres d'une boisson titrant 43 degrés alcooliques contient 43 mL d'alcool

     pur.

    Le degré alcoolique des trois grands types de boissons

    contenant une quantité non négligeable d'alcool : la bière, le vin et les spiritueux.


    En raison de ses effets psychotropes, la distribution d'alcool et sa consommation dans

     les lieux publics sont réglementées dans la plupart des pays.

    Malgré son potentiel addictif majeur, l'alcool n'est pourtant inscrit sur aucune des

    listes régissant au niveau mondial le contrôle des stupéfiants et la lutte contre leur

    trafic.

     Sa consommation est ou a été interdite dans quelques pays mais l'exemple de la

    prohibition des années 30 aux États-Unis a montré l'inefficacité de cette méthode de

     lutte contre l'abus d'alcool.

     En France, le commerce des alcools et des boissons alcoolisées est un monopole d'état

     faisant l'objet d'un contrôle strict de la part de l'administration

    (Direction générale des douanes et des droits indirects).